Skip to content

Comment arrêter l’auto-sabotage et gagner en efficacité

arrêter auto-sabotage

La réponse est simple : il faut transformer son Critique Intérieur en allié.

Attend, vraiment, tu as écrit le cours en 5 jours pour mettre KO le Critique Intérieur et puis un article pour décrire comment ceci est méchant pour nous les femmes et maintenant il faut le transformer en allié ? C’est une blague ?

Non, et je vais aller plus loin. Pour tout dire, il faudrait le transformer en son meilleur allié.

Je vous entends penser que j’ai complétement perdu la raison. Mais avant de fermer la page lisez les prochaines lignes.

Le Critique Intérieur est une fonction de notre cerveau. Une fonction, c’est-à-dire, il sert à quelques choses. Notamment, au fil des millions d’années qui ont vu les êtres humains se transformer et devenir sapiens-sapiens, il a permis notre survie. On pourrait lui dire un petit merci, quand-même.

Oui, ça peut paraitre fou, mais le Critique Intérieur est un logiciel sophistiqué dans notre cerveau. Si aujourd’hui il nous parle avec des lignes de dialogue en nous traitant de nulles et d’inutiles et d’inadéquates il y a très longtemps nous disait « attention il y a un lion » ou « méfies toi de cette personne, elle veut te dérober ».

Aujourd’hui ses avertissements regardent plutôt tout ce qui pourrait compromettre les nouveaux paramètres de survie moderne : la survie sociale. Notre réputation, notre curriculum, la confiance que l’on a construit chez les gens qui nous entourent… et son travail est de nous mettre en garde de tout ce qui pourrait en effet endommager les efforts que l’on a fait jusqu’à présent.

Évidemment, si tu connais ton Critique Intérieur ou si tu as fait mon cours gratuit en 5 jours tu sais qu’il devient limitant quand il prend trop de place. C’est là où il commence à prendre des décisions pour toi.

C’est à la suite de ce qu’il nous raconte (et bien évidemment de ce à quoi nous décidons de croire) que nous prenons des décisions et nous agissons sur le plan comportemental. C’est auprès du Critique Intérieur, souvent, que nous prenons conseil pour décider si renoncer à prendre des initiatives, des risques créatifs et à sortir de notre zone de confort.

Et tu sais aussi que je conseille fortement de le connaitre et de s’engager pour explorer notre dialogue intérieur pour pouvoir agir malgré ce qu’il nous dit.

Mais aujourd’hui je vais aller un peu plus loin.

Je vais te dire que, en allant juste CONTRE ce que le Critique Intérieur nous dit on risque de jeter le bébé avec l’eau du bain.

Oui, parce que comme je le disais plus haut, il s’agit quand-même d’une fonction de notre cerveau qui nous a permis de survivre en tant qu’espèce. Il dit souvent des choses qu’il vaut mieux prendre en considération. Et d’autres, beaucoup d’autres, qui sont inacceptables et qui nous causent honte, dépression, petite estime de soi. Un casse-tête.

Comment s’en sortir et en tirer le mieux pour arrêter de s’auto-saboter et devenir plus efficaces ?

Je propose une méthode en 3 simples étapes.

  1. Personnifier le Critique Intérieur
  2. Diviser en deux parties son avertissement : jugements vs contenu
  3. Décider sur la base des indications qu’il nous a donné

Step 1 – Personnifier la voix du Critique Intérieur

Quand on commence à prêter attention à notre dialogue intérieur, il est bien de noter ce que cette voix de critique interne nous dit. Parce que c’est bien en le notant que nous avons la possibilité de voir noir sur blanc ce qui est dit et d’en prendre les distances. Oui, ceci est le premier pas, indispensable pour avancer.

Nous devons imaginer que la voix critique que l’on entend, vit sa propre vie, pour deux raisons. C’est vrai et ça nous permet de prendre conscience que ce n’est pas nous qui avons une communication aussi violente et négative envers nous-mêmes. Ça nous permet de dire « c’est lui, c’est mon Critique qui pense que je n’y arriverai pas, c’est pas moi ». Ce premier pas, cette prise de distance change tout. Ça nous rend plus légères, plus conscientes, plus libres de reprendre nos actions.

Step 2 – Diviser en deux son discours : jugements vs contenu de l’avertissement

Une fois que l’on donne clairement une personnalité à cette voix (et il est bien logique de le faire puisqu’il s’agit en tout cas d’une de nos subpersonnalités) on devrait diviser en deux ce qu’il dit.

Diviser les jugements et les insultes inutiles du contenu de son avertissement.

Car celui-ci contient souvent des avertissements très utiles, le Critique met en œuvre son potentiel de « fonction de survie ».

J’insiste toujours à travailler à l’écrit son Critique Intérieur car parfois, dans le chaos de notre dialogue intérieur, quand on reçoit une critique, ou quand on doit prendre une décision rapidement, nous entendons que la partie la plus violente et injuste de son discours.

Par exemple nous entendons plus facilement « ne t’inscris pas à la gym, tu vas jamais y aller, tu es molle, tu n’as aucune volonté ni capacité à trouver la motivation… » et on risque soit de prendre une décision contre ses mots, soit de nous laisser convaincre sans chercher LA solution dont on a besoin.

Mais si nous écrivons, et nous prenons au sérieux ce que le Critique Intérieure nous dit, il va livrer ses raisons, et ça, ça nous intéresse.

A l’écrit on peut avoir le temps de poser noir sur blanc le reste de la phrase, par exemple « … tu t’es déjà inscrite plusieurs années, et après le premier mois tu n’y vas plus. C’est loin de la maison, et avec le nouveau travail le soir tu rentres de plus en plus tard. Il t’est déjà arrivé de devoir payer plusieurs mois avant de finalement te désinscrire. Tu vas perdre de l’argent. »

Alors ça c’est intéressant car nous donne des détails sur lesquels réfléchir.

Donc, pour récapituler, écouter et écrire tout ce qu’il nous dit, et puis diviser en deux : jeter le jugement, regarder de prêt comment utiliser au mieux l’avertissement.

Step 3 – Décider sur la base des indications qu’il nous a donné

En effet, si l’on rentre tard du travail et que la salle de sport est loin de la maison, on risque de capituler. Ce n’est pas donc la motivation qui manque, c’est plutôt une question de praticité.

Que faire donc pour bouger sans rentrer dans une série de contraintes qui démotivent ? Courir le matin dans le quartier avant d’aller au travail ? Faire une partie de trajet à pied plutôt qu’en transport ? Trouver juste un cours qui soit amusant une fois par semaine et y aller avec une copine ?

Le fait d’avoir pris les distances du Critique et divisé ses insultes du contenu de l’avertissement nous permet d’éviter de nous croire nulles/molles/démotivées … et de prendre une décision sereinement.

Win-Win, comme on en a besoin.

Nous commençons à sortir du jugement continu. La vie se fait plus légère. Nous considérons intelligemment ses avertissements.

Ce que je dis t’intéresse et tu veux aller plus loin ? Inscris-toi à mon cours gratuit par mail pour apprendre en 5 jours à connaître le Critique Intérieur, savoir y négocier et arrêter de te saboter. Win – Win !

Souviens-toi, le monde a besoin de femmes libres de jugements et de peurs, honorant leurs besoins et leurs ambitions.

Catégorie ,
sara-bio-accueil

J’accompagne les femmes à se reconnecter avec soi, apprendre à gérer leur stress, et sortir de leur zone de confort.

Pourquoi LES FEMMES ?

Parce qu'aujourd'hui le féminin est appelé à guérir et guider.

Parce qu'aujourd'hui nous avons des droits et des libertés mais pas encore l'habitude de les exploiter pleinement.

Parce que pendant des millénaires le système patriarcale nous a imposé ce qu'il fallait ressentir et comment nous comporter : il est temps de se reconstruire.

As-tu l’impression de vivre avec le frein à main enclenché?

En 5 jours je t’apprends à écouter ton dialogue intérieur

pour mettre KO les parties de toi qui te sabotent et donner de l’espace à ton courage et ta créativité!

GRATUITEMENT!

Laissez un commentaire





pulvinar venenatis, Curabitur consectetur velit, elementum nonScroll To Top